” hreflang=”fr” />

Se lancer sur le parcours d’inventeur et du développement de projet est une expérience passionnante ! Mais elle comporte de nombreux risques à prendre en considération. Transtech liste pour vous les 5 pièges majeurs au commencement d’un projet innovant. Votre nouvelle devise : les identifier pour mieux les éviter ! 

 

1 – AVOIR UNE BONNE IDÉE.. ET C’EST TOUT

 

Avoir une bonne idée ne suffit pas. Il est essentiel de réfléchir à la matérialisation de cette dernière : est-ce que mon invention répond à un besoin non satisfait ? Quelle valeur ajoutée puis-je proposer par rapport à mes concurrents ? Quels consommateurs pourraient être intéressés par mon offre ?

Cette première étape consiste à s’assurer que le marché pour votre produit innovant existe. Car oui, une innovation repose bel et bien sur une invention qui a trouvé son marché.

Il vous faudra donc étudier vos futurs consommateurs afin de les connaitre et pouvoir les convaincre au mieux par votre produit. L’étude de marché permettra de vous conforter dans la direction et l’orientation à donner à votre projet.

 

2 – NE PAS FORMALISER SON IDÉE 

 

Nous ne l’écrirons jamais assez : un projet innovant commence toujours par une idée, et en fonction de sa nature et de son caractère nouveau, il sera indispensable à terme de la protéger. Protéger son idée est l’unique façon de vous préserver des contrefaçons de vos créations. Votre premier réflexe d’inventeur doit être de dater et formaliser votre idée.

En quoi cela consiste ? Il s’agit de décrire matériellement votre invention, de la représenter visuellement (dessin, schéma, photo), et de constituer une preuve de date en déposant une enveloppe Soleau auprès de l’INPI (lire notre article à ce sujet : …)

L’enveloppe Soleau constitue ainsi une preuve de création en attendant la protection de votre projet par titre de propriété intellectuelle.

 

3 – MENER SON PROJET AU COUP PAR COUP

 

Un projet innovant repose sur 3 fondements : le juridique, la technique et la stratégie.

Il est classique de penser que ces 3 piliers peuvent être traités  séparément. En réalité, il est essentiel de travailler et avancer sur ces trois aspects dans un même temps.

En effet, il est dangereux de se précipiter sur le dépôt de brevet sans avoir réfléchi au développement technique de votre invention : le risque étant que votre produit final sorte du contexte du brevet déposé.

De même, il est incertain d’engager des fonds financiers pour le développement technique de votre innovation sans avoir vérifié au préalable si elle existe, ou sans avoir réfléchi à qui elle sera destinée ou vendue.

Une réflexion stratégique prenant en compte ces 3 piliers est ainsi capitale pour la viabilité de votre projet. Cette stratégie doit reposer sur une vision à long terme et être construite en connaissance de l’environnement de votre secteur.

Transtech propose des journées de formations thématiques sur la protection de votre idée, la technique et la stratégie économique. En savoir plus

 

4 – RESTER SEUL(E)

 

Durant le développement de votre projet, il est sain et essentiel de confronter régulièrement vos idées aux visions extérieures de professionnels. S’isoler durant cette phase peut s’avérer dangereux et contre-productif. Sachez vous entourer de structures d’accompagnement et de partenaires clés spécialistes de votre domaine.

Lorsque vous évoquez votre projet innovant, n’oubliez pas de faire signer des accords de confidentialité à l’ensemble de vos interlocuteurs. L’accord de confidentialité est un contrat qui engage les parties dans le cadre de votre projet et vous protège dans vos échanges avec le(s) signataire(s). Il oblige notamment les parties à « ne pas divulguer des informations jugées confidentielles ». Lire notre article sur le sujet

 

5 – NE PAS CHIFFRER SES BESOINS

 

Tout au long de son développement, la simulation financière de votre projet se doit d’être réaliste pour vos interlocuteurs et pour vous-même.

Être trop optimiste sur vos prévisions de ventes et de chiffre d’affaires potentiel ne vous avantagera pas auprès de vos allocutaires, puisqu’ils vous demanderont de prouver et justifier vos prévisions.

Il est tout aussi important d’avoir correctement chiffré ses besoins et ressources pour vous-même et avant de s’engager financièrement, au risque de vider ses fonds  propres. Ce travail passe par la constitution d’un dossier financier.

A ce stade, l’essentiel est d’avoir avant tout, une bonne visibilité des éléments à financer.

 

Rédaction :

Henri Payen – Responsable Innovation

Alexane Boiteux – Assistante de communication

Partagez et suivez-nous sur :